Arrêts de travail non respectés : Quelle attitude adopter face à vos salariés ?

Pourquoi certains salariés décident-ils de retourner au travail contre l’avis de leur médecin ? Quelle attitude adopter face à ces comportements pouvant s’avérer à risque ? Un DRH doit savoir comment gérer cette tendance et notamment comment encadrer au mieux le départ de ses salariés, afin de réduire le nombre d’arrêts non respectés.

Notre équipe répond à vos questions !

 

Des arrêts de travail non respectés par les salariés

 

1 arrêt de travail sur 5, prescrits au cours des 12 mois précédents l’enquête de l’Ifop, n’est pas respecté.

Depuis 2010, cette tendance émergente touche près de 20 % des salariés du secteur privé.  Cette même enquête révèle en outre que seul un salarié sur 10 a volontairement demandé à son médecin l’obtention d’un arrêt maladie.

Parmi les salariés qui n’ont pas respecté la prescription du praticien, 72 % déclarent y avoir directement renoncé tandis que 28 % l’ont dans un premier temps acceptée avant d’en écourter la durée.

Il s’agit dès lors de déterminer les causes qui amènent les salariés à revenir travailler malgré les directives de leur médecin. Les principales raisons évoquées pointent :

  • Pour 48 % d’entre eux, le manque d’habitude à se laisser aller.
  • Pour 29 % d’entre eux c’est la peur de la surcharge de travail le jour du retour qui motive leur décision.
  • Pour 22 % enfin, c’est le fait de se sentir contraint par sa hiérarchie.

Il est par ailleurs nécessaire de bien accompagner vos collaborateurs face aux risques psychosociaux.

 

Résultat de recherche d'images pour "overbooké"

Un comportement qui peut avoir des répercussions pour votre entreprise

 

Reprendre le travail en pleine convalescence n’est pas sans risque pour le salarié mais également pour l’entreprise. Ainsi, parmi les sondés n’ayant pas respecté leur arrêt maladie, 39 % en ont conscience et regrettent leur décision.

Pourquoi ? Parce que l’impact de ces retours prématurés a une influence négative sur l’activité. 65 % des sondés mentionnent une chute de la productivité au travail. Ils sont tout aussi nombreux à déclarer une baisse de la qualité du travail.

Il ne s’agit donc pas de gérer cela à la légère, au risque d’aggraver les conditions de santé des salariés. De fait, 50 % des sondés font état de rechutes.

Le non-respect de la prescription impacte aussi directement le moral du salarié comme celui de l’ensemble du personnel.

Ainsi 45 % des sondés reconnaissent avoir une baisse de moral lors d’un retour prématuré et ils sont également 45 % à évoquer une forme de contamination de leurs collègues. Il est nécessaire de prévenir l’épuisement professionnel.

 

Bien encadrer les arrêts de travail de vos salariés

 

Il faut comprendre que la santé des salariés est la clef des performances de l’entreprise. Pour éviter le retour prématuré de salariés malades à leur poste de travail, le DRH doit mettre en place des actions pour contrer les principales peurs liées à l’arrêt de son activité.

 

Concrètement, lorsque le retour du salarié est motivé par la crainte d’être surchargé de travail, le DRH doit établir un protocole permettant de répartir la charge de travail du salarié absent, et lui permettre d’aborder plus sereinement cette période d’arrêt maladie.

Le DRH doit également prévoir un temps d’accueil du salarié à son retour d’arrêt maladie et ce d’autant plus s’il n’a pas respecté le délai imposé par la prescription.

Savoir encadrer son retour et prendre le temps d’échanger avec lui est important pour que sa reprise de poste soit vécue de façon positive.

Pour accueillir un salarié dans des conditions optimales, que ce soit pour lui ou pour l’entreprise, le DRH peut également envisager des aménagements de postes en fonction de la nature de l’arrêt et de sa durée.

Enfin, en termes de gestion des ressources humaines, de façon globale, il faut être attentif à ce que le « discours » véhiculé dans l’entreprise ne stigmatise pas les salariés en arrêt maladie.

 

Écrit par David Lefeuvre

Responsable Marketing de Medaviz

 

J'appelle un médecin

Google + Linkedin Imprimer