Présentéisme et absentéisme : l’innovation santé au secours des DRH


Le présentéisme et l’absentéisme sont des sujets qui touchent depuis toujours les entreprises. Comment les définir ? Quels impacts sur votre entreprise ? Comment l’innovation peut être une solution à prendre en compte ? On vous donne les clés !

 

Les causes de ces présentéisme et absentéisme

 

Les chiffres sont connus : il faut aujourd’hui en moyenne 111 jours pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste, 50 jours chez un dermatologue, 36 jours pour un ORL, et même 6 jours pour un généraliste. Des délais qui ne cessent de s’allonger et qui ne sont pas pour rien dans le regain d’intérêt des RH sur le sujet de la santé de leurs collaborateurs.

 

Retrouvez notre article sur le sujet Que recherchent vraiment les talents dans une entreprise ?

 

Car après tout, on pourrait tout à fait arguer que c’est un sujet de santé publique : au système de santé de faire son boulot ! Mais à l’heure où la performance de l’entreprise est à aller chercher dans les derniers percentiles, peut-on réellement laisser ainsi tourner la machine ?

A l’évidence, non. Car cet encombrement du parcours de soin génère des comportements problématiques chez vos collaborateurs, qui se retrouvent face à 3 options :

  • Venir travailler tant bien que mal : cela s’appelle le présentéisme, avec son triple effet néfaste sur la performance du collaborateur, le climat de l’entreprise, et le risque de contagion !
  • Se mettre en quête d’un cabinet qui accepte la consultation impromptue, toutes affaires cessantes : cela s’appelle l’absentéisme. Légitime, certes, mais évitable. Surtout quand c’est une demi-journée voire une journée complète qui va être perdue, avec ce que cela implique de désorganisation du service.
  • Renoncer tout bonnement au soin, et c’est la perspective d’une aggravation de la pathologie et de l’arrêt de travail.

 

présentéisme et absentéisme

 

Et toutes les études sont formelles : le renoncement au soin est LE comportement le plus couramment adopté par vos collaborateurs : 64% y ont recours ! La France serait même parmi les championnes mondiales du renoncement au soin.

 

Des impacts sur l’entreprise non négligeables

 

Le coût pour l’entreprise est colossal, car il n’existe pas de compensation par la sécurité sociale de la perte de performance ! Eh oui, Mesdames et Messieurs les employeurs : le renoncement au soin est à votre charge, là où le soin lui-même est à la charge de l’assurance maladie.

 

Découvrez notre article sur le sujet Bonheur au travail : un indicateur à surveiller de près

 

Il n’est donc pas surprenant que ce soient les entreprises qui aient en premier déployé de manière opérationnelle la télémédecine, là où dans le domaine de la santé publique elle est souvent restée bloquée à des pilotes ou expériences sans grand lendemain. Des entreprises comme Nexity, Leboncoin ou encore BearingPoint ont pris le problème à bras le corps et ont choisi d’ouvrir la téléconsultation en illimité à leurs collaborateurs. Un collaborateur a un souci de santé X ou Y ? Plutôt que de le laisser piocher une des mauvaises options présentéisme/absentéisme/arrêt, l’entreprise lui permet de consulter un médecin généraliste ou spécialiste par téléphone ou en visio en moins de 3 minutes, où qu’il se trouve, et 24h sur 24.

 

Écrit par David Lefeuvre

Responsable Marketing de Medaviz

 

J'appelle un médecin

Google + Linkedin Imprimer