Les pharmaciens et infirmiers ont un rôle essentiel en téléconsultation

22 Sep 2020

Actualités


Image de couverture de: Les pharmaciens et infirmiers ont un rôle essentiel en téléconsultation

Avec la Covid-19, la téléconsultation a connu une progression inédite et près d’un million d’actes par semaine ont été enregistrés au plus fort de la crise sanitaire¹. Par-delà l’outil technique permettant de limiter la propagation du virus, elle s’inscrit dans le parcours de soins coordonné par le médecin traitant et depuis peu en collaboration avec l’infirmier et le pharmacien.

 

L’objectif est de garantir la continuité des soins, tout en évitant de fragmenter la prise en charge et de prescrire des actes inutiles, voire redondants. En voici les utilisations pour les différents professionnels de santé.

Le rôle du pharmacien d’officine dans l’accès des patients à la téléconsultation au sein du parcours de soins

La participation des pharmaciens d’officine à la téléconsultation est encadrée par l’avenant 15 à la Convention pharmaceutique², signé en décembre 2018. Il leur permet de s’inscrire pleinement dans le respect du parcours de soins coordonné. Pour cela, le pharmacien doit pouvoir mettre à disposition le plateau technique nécessaire à la réalisation de la téléconsultation au sein de son officine.

 

Comme le rappelle l’Assurance Maladie : « le pharmacien a pour rôle d’assister le médecin dans la téléconsultation« . Son implication va bien au-delà d’une simple assistance, puisqu’il peut aider à la réalisation de certains actes de l’examen clinique et accompagner les patients dans la bonne compréhension de la prise en charge proposée par le médecin.

 

Il met ainsi à disposition un espace confidentiel dédié, disposant non seulement de la vidéotransmission, mais aussi de certains outils nécessaires à l’examen clinique comme le tensiomètre, l’oxymètre, le stéthoscope ou l’otoscope.

 

Sa participation est bien sûr rémunérée annuellement sur la base d’un forfait et varie selon le nombre de téléconsultations réalisées au sein de l’officine sur la période de référence. La première année, une participation forfaitaire de 1 225 € est attribuée pour l’équipement du professionnel de santé.

Le rôle de l’infirmier(ère) dans l’accès des patients à la téléconsultation au sein du parcours de soins

Ce rôle a évolué le 1er janvier 2020, date depuis laquelle le médecin peut, s’il le juge nécessaire pour certains patients, être assisté par un infirmier lors des téléconsultations. En se plaçant du côté du patient qui téléconsulte, l’infirmier endosse le précieux rôle de professionnel de santé accompagnant, pour la réalisation des actes nécessaires à l’examen clinique et à la bonne compréhension de la prise en charge proposée.

 

Ce rôle essentiel pour les patients les plus âgés ou en situation de handicap, à la fois sur le plan psychologique et physique, est encadré légalement par l’avenant 6 à la Convention nationale des infirmiers³ signé en mars 2019. Ce dernier stipule que cet acte n’a pas à être prescrit par le médecin. La rémunération s’élève à 15 € pour une téléconsultation à domicile ou 10 € si elle est combinée à un autre acte. L’Assurance Maladie propose un financement de 525 € par an pour l’achat de logiciels et de matériel.

 

Sources :

  1. « Téléconsultation et Covid-19 : croissance spectaculaire et évolution des usages », juillet 2020, disponible sur : https://www.ameli.fr/medecin/actualites/teleconsultation-et-covid-19-croissance-spectaculaire-et-evolution-des-usages
  2. « Avenants », 2 juillet 2020, disponible sur : https://www.ameli.fr/pharmacien/textes-reference/textes-conventionnels/avenants
  3. « Les avenants à la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux », 11 juin 2020, disponible sur : https://www.ameli.fr/infirmier/textes-reference/convention/avenants