La téléconsultation va-t-elle changer le métier du médecin ?

Suite au déploiement de la télémédecine en France, les actes à distance permettant de relier le professionnel de santé à son patient via une visioconférence sécurisée sont maintenant une réalité. Accessible par tous les professionnels, qu’ils soient spécialistes ou généralistes, la téléconsultation est encadrée par la loi et remboursée tout comme une consultation en présentiel. Cela va donc avoir une influence sur le métier du médecin.

 

Cependant, cette nouvelle technologie, loin d’être anodine, modifie les pratiques médicales et requiert diverses formes d’adaptation de la part des professionnels. Medaviz vous aide à comprendre comment la téléconsultation peut changer le métier de médecin.

 

Accepter de ne pas avoir accès à l’examen clinique dans son intégralité

 

La pratique de la consultation à distance, par vidéoconférence, implique de ne pas pouvoir accéder directement à certains aspects de l’examen clinique, en particulier celui de la palpation. Ainsi, il n’est pas possible de palper un abdomen, d’écouter la respiration et les bruits cardiaques, ou d’apprécier la mobilité d’un genou.

 

Ces limites peuvent engendrer de la frustration chez le professionnel car la consultation à distance empêche la pleine expression des compétences cliniques habituelles. Cependant, même si un grand nombre de gestes techniques restent inaccessibles, la téléconsultation requiert une adaptation via un interrogatoire minutieux et précis qui peut d’ailleurs impliquer l’auto palpation du patient ou l’utilisation d’une caméra mobile vers certaines zones.

 

Utiliser la téléconsultation pour le suivi tout autant que pour établir un diagnostic

 

Qu’il s’agisse d’une consultation en médecine générale ou bien chez un spécialiste, la téléconsultation est souvent destinée à assurer un suivi médical, par exemple en postopératoire, plutôt qu’une première consultation pour établir un diagnostic. Pourtant, permettre au patient de consulter plus tôt, lors de l’apparition de ses symptômes, permet très souvent d’établir un diagnostic tout aussi précis qu’au cabinet. Cela permet d’adapter les conditions de consultation.

 

En cas de doute, il est possible à tout moment de proposer une consultation en présentiel ou d’orienter vers un spécialiste ou les urgences. La téléconsultation pourra alors être proposée par la suite, pour évaluer l’évolution de la prise en charge proposée et constituer un suivi étroit et régulier, facilité par l’absence de déplacement du patient et du médecin.

 

Veiller à respecter la réglementation avant toute téléconsultation

 

Contrairement à une consultation en présentiel, et pour faciliter le respect du parcours de soin de l’Assurance Maladie, chaque médecin téléconsultant doit connaître le patient via une consultation au cabinet, au domicile ou dans un établissement de santé.

 

Cette prérogative permet d’informer le patient sur l’outil technologique et le processus de connexion pour une téléconsultation ultérieure. Il s’agit là encore d’une adaptation du professionnel afin de délivrer une information éclairée et accessible au patient et le cas échéant, à son accompagnant.

 

Connaître les modalités de la téléconsultation

 

Au-delà du rôle purement médical, la pratique de la téléconsultation invite le professionnel à se former suffisamment sur l’outil technologique, à savoir l’utilisation d’un microphone et d’une caméra.

 

Grace au service gratuit et sécurisé de Medaviz, il est maintenant possible de faciliter la mise en relation avec le patient, même pour les personnes maitrisant mal l’outil informatique.

 

En savoir plus : Medaviz.com

téléconsultation avec Medaviz

Articles associés