Bien-être au travail : comment évaluer le bonheur de vos collaborateurs ?


Le bonheur au travail de vos salariés constitue l’un des gisements de performance les plus faciles à atteindre. Des signaux extérieurs manifestes aux indicateurs de climat social, la clé est de pouvoir l’évaluer, pour ensuite déployer des actions si nécessaire.

A lire sur ce thème : le bien-être en entreprise est-il économiquement productif ?

 

Des signaux extérieurs manifestes de bien-être au travail

 

Nombre de consultants vous le diront : lorsqu’ils arrivent dans une entreprise, ils peuvent deviner si les salariés sont heureux en quelques minutes. Cela passe par plusieurs détails :

  • La personne de l’accueil les a accueillis avec enthousiasme
  • Lorsque le téléphone a sonné, les réponses étaient faites avec le sourire dans la voix
  • Ils ont vu des collègues se croiser en se saluant, en s’adressant la parole
  • Ils ont vu des personnes rire à la machine à café

Ce sont autant de signes légers mais qui, additionnés, constituent l’un des meilleurs critères d’évaluation du bien-être au travail.

 

L’implication et l’engagement des salariés

 

bien-être au travail

 

La fierté exprimée par le salarié vers l’extérieur est un indicateur clé, de même que la loyauté (y compris dans les moments difficiles), la ténacité ou encore le dévouement.

Imaginez : vendredi, 16 heures, la machine de mise sous pli vient de rendre l’âme. Il vous reste 1 000 courriers à préparer. Vous envoyez une bouteille à la mer sur Slack pour avoir un coup de main. Un quart d’heure plus tard, 10 personnes vous ont rejoint dans la salle courrier et vous aident à réviser la taylorisation de la mise sous pli…!

Vous pouvez déjà en tirer la conclusion qui s’impose : vos collaborateurs se sentent bien dans votre entreprise, et sont donc solidaires.

 

Pas de mesure du bonheur sans évaluation du mal-être au travail

 

Nous faisons ici référence à une notion plus globale : le climat social de votre entreprise. Il s’agit du degré de satisfaction qui y règne.

Si les indicateurs positifs qualitatifs en sont une composante, vous devez suivre de près d’autres critères bien spécifiques : le niveau d’absentéisme, le turn-over, le nombre de démissions, l’évolution des accidents du travail, etc. Ceux-ci sont souvent la face émergée d’un malaise potentiellement profond, à adresser rapidement pour remettre à niveau l’ambiance au sein de votre entreprise.

Écrit par Guillaume Lesdos

    Co-fondateur de Medaviz

     

    J'appelle un médecin

    Google + Linkedin Imprimer