Tarification des actes de téléconsultation : un peu d’originalité !

Il y a quelques semaines, Assurance Maladie et syndicats se sont retrouvés pour déterminer les tarifs des actes de téléconsultation. Quelles solutions existent ?

 

Une valorisation de la téléconsultation à mettre en avant

 

Les discussions s’orientent aujourd’hui vers une rémunération à l’acte de 25€ pour les généralistes et de 30€ pour les spécialistes. A cela s’ajoute un « forfait structure » de 350 € par an, pour moderniser leurs cabinets et de s’équiper pour cette nouvelle pratique.

On peut regretter que cette valorisation ne soit pas réalisée dans un cadre de réflexion plus global sur le rôle de la médecine libérale, et la tarification des actes en cabinet. Comme évoqué dans une lettre ouverte à l’attention d’Agnès Buzyn, l’avènement de la téléconsultation est notamment l’occasion :

« De mettre fin aux journées d’«abattage» de 40 ou 50 consultations, épuisantes pour le professionnel. Le médecin, en particulier en médecine générale, pourra se recentrer sur une approche globale du patient, assurer de manière optimisée les actions de prévention et ne plus se concentrer uniquement sur le symptôme. Les consultations physiques dureront peut-être à l’avenir 30 minutes car il aura davantage de temps à accorder à chacun. Il est certain qu’une nouvelle donne économique devra émerger. »

Il est donc curieux de calquer la cotation d’une téléconsultation sur celle d’un acte physique ! Une consultation physique dure 17 minutes en moyenne (étude Doctolib), alors que la durée moyenne d’une téléconsultation est estimée à 10 minutes. En effet, dans ce cadre, on oublie le déshabillage du patient, son rhabillage, le paiement ou encore l’examen clinique. En dupliquant les tarifs, on risque d’inciter les médecins à profiter d’un effet d’aubaine et à multiplier les téléconsultations !

 

Différentes solutions sont possibles

 

tarification

 

Deux alternatives sont possibles : baisser le prix de la téléconsultation, ou revaloriser la tarification de la consultation physique. C’est de toute évidence la seconde option qu’il convient de retenir. Le niveau de rémunération des actes est particulièrement bas en France : à 25€ pour une consultation en médecine générale, la France se place au même niveau que le Maroc, mais bien loin des 40 ou 50€ moyens dans les pays développés (Etude April réalisée entre 2012 et 2014). Autant profiter de la révolution numérique en cours pour s’aligner !

Le « forfait structure » prête également à débat, au regard de la pratique dans les Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Les 7 258 EPHAD françaises (INSEE 2014) peuvent obtenir un forfait annuel de 28 000€ pour déployer la téléconsultation : 50 % perçus à la signature de la convention, et 50 % perçus lorsqu’un seuil de 50 téléconsultations est atteint. Ce forfait est financé par le Fonds d’Intervention Régional (FIR) des Agences Régionale de Santé. Avec un peu moins de 80 patients par EPHAD, la comparaison avec le financement de la téléconsultation pour les 864 patients d’un médecin généraliste interpelle !

La tarification des actes des médecins est finalement assez cohérente avec l’ambition (très modeste) d’atteindre les 1 300 000 actes de téléconsultation en 2021. Était-ce nécessaire d’entamer de longues négociations pour accoucher d’une souris ? Autant profiter de ce temps d’échange entre l’Assurance Maladie et les syndicats pour discuter de la place de la médecine libérale dans le parcours de soins.

Retrouvez notre Billet d’humeur : la médiatisation de la téléconsultation est l’opium du peuple !

Écrit par Guillaume Lesdos

    Co-fondateur de Medaviz

     

    J'appelle un médecin

    Google + Linkedin Imprimer