Professionnel de santé ?

La télémédecine au service de la prévention chez les jeunes

Il vaut mieux prévenir que guérir” : ce dicton n’a jamais eu autant de sens qu’en 2023. A l’heure où la santé est considérée comme l’une des préoccupations principales des Français, il apparaît essentiel d’accompagner les jeunes à prendre soin d’eux et à prendre en main leur santé le plus tôt possible.

Quid des interrogations médicales des jeunes adultes ? Quid de leurs questions intimes et sexuelles ? Des interrogations ou doutes quant aux addictions ?  

Pour répondre à leurs besoins de santé lorsqu’ils sont loin de leur médecin traitant, Medaviz et ses partenaires de l’enseignement supérieur déploient une solution de téléconsultation comme service de prévention. 

Faciliter l’accès aux soins des jeunes grâce à la télémédecine 

De nombreuses écoles ont récemment choisi de proposer le service de réassurance médicale Medaviz à leurs étudiants. L’accès à un médecin est ainsi facilité, puisque des professionnels de santé répondent à leurs questions dans le respect du secret médical, sans rendez-vous, et ce, 24h/24 et 7j/7, via une application (disponible sur smartphone ou tablette) ou via un simple numéro de téléphone non surtaxé. Cette simplicité d’usage vise à favoriser l’accès aux soins des jeunes, quels que soient leur équipement et leur appétence pour le numérique. 

Alors que la précarité étudiante est un sujet d’actualité, la prise en charge en intégralité de ce service de télémédecine (accès + téléconsultation) par l’école, en constitue le véritable facteur de réussite. 

L’école d’ingénieurs CESI Brest souhaitait proposer à ses étudiants une solution permettant de leur faciliter l’accès à la prise de rendez-vous médicaux et à un réseau de praticiens généralistes et spécialistes, dans un objectif global de recherche de bien-être pour les étudiants.” témoigne Pauline Cottin, Chargée des Relations Internationales et de la Vie de Campus CESI Brest. “Le choix du service a été motivé […] par la possibilité pour les étudiants CESI Brest de pouvoir obtenir un conseil médical à toute heure par un professionnel qualifié, de manière confidentielle et sans frais.”

Des problématiques de santé spécifiques

Depuis mars 2020, deux étudiants sur cinq ont renoncé à des soins avant tout pour des raisons financières, selon une étude réalisée par la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes). En outre, d’après l’étude COSAMe, 31% des étudiants présentent un trouble de stress post-traumatique lié à la pandémie.

Ces chiffres montrent une réalité spécifique aux étudiants. C’est pourquoi, trois axes de santé prioritaires ont été définis par les écoles : la santé sexuelle, la santé psychologique et la nutrition. Ces 3 problématiques ont été mises en avant dans le dernier rapport de l’Observatoire de la Vie Étudiante publié en 2020. Contraception, troubles alimentaires, IST, dépression, sexualité, addictions… : faciliter l’accès à un médecin pour des questions de prévention permet une démarche vertueuse d’éducation des jeunes sur ces sujets intimes.

Une solution qui ne remplace pas le médecin traitant

Selon le Dr Nicolas Camus, Directeur médical de Medaviz : “La télémédecine doit rester un pont vers la médecine clinique.” Aussi, bien que la réassurance médicale apporte des réponses qualifiées et une orientation si nécessaire, elle ne peut remplacer le suivi d’un médecin traitant en cabinet dans le cadre du parcours de soins. Cette solution permet cependant aux étudiants de pallier les problématiques du premier accès aux soins, avant de réintégrer le système de santé.

Expliquer, informer, conseiller, les professionnels de santé Medaviz assurent ces missions 24h/24 et 7j/7, afin d’accompagner les étudiants bénéficiaires de ce service. Par-delà la santé des étudiants, c’est leur bien-être qui est pris en compte avec cet outil de prévention, pour qu’ils puissent se concentrer sur leurs études et leur avenir.

source :
https://www.fage.org/idees/idees-social/idees-social-sante-etudiants/acces-sante-jeunes.htm  
https://www.santementale.fr/2023/01/apres-15-mois-pandemie-31-etudiants-presentent-trouble-stress-post-traumatique/
http://www.senat.fr/rap/r20-742/r20-7424.html

Ce site utilise uniquement des cookies fonctionnels, strictement nécessaires au bon fonctionnement du site et ne peuvent être refusés. Aucun cookie d’audience / publicitaire. 

Politique de confidentialité