Journées Nationales de Médecine Générale 2020 : les informations à retenir

Image de couverture de: Journées Nationales de Médecine Générale 2020 : les informations à retenir

L’édition 2020 des Journées Nationales de Médecine Générale a permis de riches échanges entre les professionnels de santé présents à chaque atelier. Voici un résumé des temps forts de ce rendez-vous annuel.

Pandémie Covid 19

Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste et Eric Caumes, médecin pathologie infectieuse et tropicale, ont fait un point sur la pandémie Covid 19 lors de la session d’introduction.

 

Pandémie Covid 19

« Le Sars Cov-2 va probablement rejoindre le groupe des coronavirus saisonniers que nous connaissons déjà. Nous allons devoir vivre avec lui pendant longtemps. »

 

 

Ce qu’il faut retenir :

  • L’excrétion virale débute 2 à 3 jours avant l’apparition des symptômes.
  • La période de transmissibilité est de 8 à 10 jours. La PCR peut rester positive bien après la fin de cette période.
  • Penser à prescrire une HBPM chez les patients qui restent alités chez eux. Risque important de phlébite profonde et d’embolie pulmonaire.
  • Les tests salivaires seront probablement utiles pour les personnes symptomatiques pour qui le test PCR n’est pas possible, en particulier pour les enfants de moins de 6 ans.

 

Hésitation vaccinale : comment convaincre ?

hésitation vaccinale

Kristell Delarue, Médecin de PMI et auteure, nous a livré les arguments pour réussir à convaincre les “hésitants” de la vaccination.

« L’ensemble des vaccins obligatoires mobilisent 0,1% des capacités immunitaires de l’enfant donc : Non ce n’est pas trop. »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Chaque dose reçue compte : dans les rattrapages, on reprend là où le patient s’est arrêté.
  • En cas de doute, vous pouvez envoyer un mail sur le site infovac.fr (site dédié aux professionnels de santé).
  • Groupe facebook pour les patients : « Vaccins France – information & discussion ».

 

Medaviz : les 12 bonnes pratiques des CPTS

L’une des activités de Medaviz est d’organiser les soins non programmés sur les territoires, et répondre ainsi à la mission Socle 1 des CPTS, grâce à une solution logicielle.

 

Cécile Bonnimond, Responsable Développement et moi-même (Médecin généraliste et Directeur Médical de Medaviz) avons présenté les 12 bonnes pratiques en matière de gestion des soins non programmés.

 

les 12 bonnes pratiques des cpts

« La télémédecine doit apporter une gestion fluide et facile des demandes de soins non programmés au niveau de la CPTS. Les différents système CPTS, SAS et Centre 15 doivent, à terme, être interconnectés pour que l’information circule facilement. »

 

 

Ce qu’il faut retenir :

 

Céphalées : la conduite à tenir

céphalées

Ludovic Morin, neurologue, a animé une

session autour des céphalées.

« Les céphalées sont un ensemble très complexe, l’interrogatoire est capital, il doit être extrêmement poussé et presque policier. Le temps que vous investissez dans l’interrogatoire vous fera gagner beaucoup de temps par la suite. »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Chez l’enfant, une migraine peut se traduire par des « gastro à répétition ».
  • L’association Migraine + Tabagisme + Contraception orale multiplie par 35 le risque cardiovasculaire.
  • Le traitement de fond de la migraine doit être réévalué tous les 3 mois et probablement suspendu au bout d’1 an.
  • De nombreuses ressources sont disponibles sur le site de la société française d’étude des migraines et des céphalées : www.sfemc.fr

Le patient voyageur : cas cliniques

le patient voyageur

Intervenant : Pr Olivier Bouchaud,

infectiologue.

« Tout patient avec une fièvre dans les 2 mois suivant un séjour en pays endémique pour le paludisme doit OBLIGATOIREMENT avoir un frottis/goutte épaisse. »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Prophylaxie médicamenteuse anti-palustre uniquement en Afrique Sub-Saharienne. Pas d’indication pour les voyages en Asie ou en Amérique du Sud ou Centrale (hors cas exceptionnels). Le risque d’infection par le palu est 1000 fois supérieur en Afrique Sub-Saharienne.
  • En cas de suspicion de paludisme, le mieux est de prendre contact avec le centre 15 (en cas de signe de gravité) ou d’adresser le patient aux urgences (en l’absence de signes de gravité).
  • Pour la fièvre jaune, une seule dose vaccinale protège pour l’ensemble de la vie. Certaines situations nécessitent éventuellement l’administration du 2e dose à 10 ans d’intervalle au minimum.

Violences faites aux femmes : repérer et orienter

violences faites aux femmesBeaucoup de médecins se demandent comment gérer la situation s’ils repèrent une femme victime de violences. Yannick Schmitt, médecin généraliste et membre de la Société Française de Documentation et Recherche en Médecine Générale (SFDRMG), nous a donné des conseils pour repérer et orienter les femmes victimes de violences.

 

“216 000 femmes sont victimes de violences conjugales, physiques ou sexuelles et 24% d’entre elles ont consulté un médecin.”

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Afin de mieux repérer, la question “Avez-vous déjà été victime de violence ?” peut faire partie de l’interrogatoire. Des questions détournées comme “Comment ça se passe à la maison ?” ou “Comment ça se passe dans votre couple” peuvent faciliter l’échange et montrer que le médecin est disponible.
  • Les conséquences des violences peuvent se traduire sous différentes formes : dépression, stress post traumatique, conduites suicidaires, addictions, infections gynécologiques, IVG, nombre élevé de symptômes,…
  • un fois le constat établi : évaluer le degré de violence, rédiger un certificat médical constatant les violences, orienter vers l’accueil départemental de proximité et inviter la patiente à appeler le 3919 (Violences femme info).

 

IST et la PrEP : intérêt de la téléconsultation

ist et la prep

Intervenant : Maxime Cauterman,

médecin spécialiste de santé publique.

 

« La téléconsultation est un point d’accès supplémentaire pour favoriser les dépistages d’IST (Infection Sexuellement Transmissible), la prescription du suivi du traitement par PrEP (Traitement prophylactique préexposition au VIH). »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • La téléconsultation permet à des patients de demander un dépistage de façon rapide.
  • Le suivi PrEP est encore marginal en ville, mais la téléconsultation peut permettre de le développer.
  • Les CEGGID (Anciennement CDAG – Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit) sont des points de référence pour les médecins de ville en cas de séroconversion pour le VIH ou les hépatites.

Alimentation de l’enfant

alimentation enfant

Intervenante : Dr Julie Lemale, pédiatre.

« Attention à « l’adultomorphisme », l’enfant a des besoins spécifiques qui évoluent tout au long de sa croissance. Les carences dans les premières années auront des répercussions sur le développement neuro-cognitif de l’enfant. »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Les laits 1er âge et laits de croissance sont nécessaires pour éviter les carences, en particulier en calcium, fer et protéines.
  • Le lait doit rester l’aliment principal du nourrisson jusqu’à l’âge de 1 an.
  • La diversification alimentaire devrait se faire au maximum entre 4 et 6 mois. C’est une fenêtre de tolérance au cours de laquelle les risques de sensibilisation sont les plus faibles.
  • Les recommandations en termes de supplémentation vont évoluer prochainement :
    • tous les nourrissons doivent être supplémentés quotidiennement jusqu’à l’âge de 18 mois,
    • ensuite une supplémentation tous les 2 mois de 50000 UI est souhaitable jusqu’à 18 ans (en particulier l’hiver).

Stratégie thérapeutique Diab type 2

diabete(en dehors de l’insuline)

Intervenant : Dr Olivier Bourron, endocrinologue.

 

“Le traitement antidiabétique doit être réévalué tous les 3 à 6 mois en fonction des objectifs d’HbA1c. »

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Le respect des règles hygiéno-diététiques est capital, cela peut permettre une rémission du diabète. C’est le meilleur traitement mais c’est aussi le plus dur à mettre en œuvre.
  • Les objectifs d’HbA1c varient en fonction des patients (page 5 des recommandations).
  • Le choix des thérapeutiques doit s’adapter aux effets recherchés et aux caractéristiques du patient (page 7 des recommandations).