Professionnel de santé ?

Etablissements de santé, et si la Téléconsultation et le Télésoin vous aidaient à sécuriser le versement de vos Forfaits MRC ?

Le repérage, le dépistage, et la prise en charge précoces des pathologies chroniques font partie depuis plusieurs années des actions prioritaires de notre politique de santé, notamment pour ce qui concerne la Maladie Rénale Chronique (MRC). L’objectif étant de retarder la survenue de complications et l’entrée en phase de suppléance.

Rémunération forfaitaire de l’établissement de santé

Depuis 2019 a été mise en place une rémunération forfaitaire annuelle pour les établissements prenant en charge des patients atteints d’une maladie rénale chronique aux stades 4 et 5, et pris en charge par une équipe de soins spécialisée et coordonnée.

Lorsqu’un établissement de santé souhaite mettre en place ce programme, il conventionne avec son ARS et met en place une équipe pluriprofessionnelle comprenant :

  • Un ou plusieurs médecins néphrologues ;
  • Un ou plusieurs infirmiers exerçant des missions de coordination ;
  • Un ou plusieurs diététiciens ;

Il est alors éligible à cette rémunération forfaitaire, versée par an et par patient :

ForfaitLibelléSecteur exDGSecteur exOQN
FMRC 4Patient adulte au stade 4375 €270 €
FMRC 5Patient adulte au stade 5575 €370 €

Ainsi pour un établissement public prenant en charge entre 500 et 1000 patients MRC par an, la réalisation de ce type de programme est un enjeu qui porte entre 200 000 et 500 000 € de revenus pour l’établissement.

Des difficultés de mise en place et un manque à gagner pour les établissements de santé

Le versement de l’intégralité de ce forfait est toutefois conditionné par la réalisation de 3 consultations : une première avec un néphrologue et deux autres avec un infirmier et un diététicien. Or, si la première est généralement réalisée sans difficultés, les deux autres font notoirement l’objet de moins d’assiduité du côté du patient, mettant en péril le versement de l’intégralité du forfait pour l’établissement. D’après une étude sur la cohorte française CKD-REIN*, 60% des patients au stade 5 n’avaient par exemple pas eu de consultation diététique dans l’année de l’étude.

Les établissements qui se sont penchés sur la question ont tôt fait d’imaginer le recours au télésoin (consultation visio par un infirmier ou un diététicien) afin que ces 2ème et 3ème consultations aient lieu pour sécuriser le versement du forfait.

Le télésoin facilite la réalisation des actes infirmiers et diététiciens

Autorisée depuis 2019, la pratique de la consultation vidéo par les infirmiers et diététiciens est en effet plus de nature à faciliter la réalisation de ces actes, le patient n’ayant plus à se déplacer jusqu’à l’établissement de santé, mais pouvant rester confortablement à son domicile pour les quelques minutes de l’acte. Cette facilité d’accès à la consultation augmente considérablement le taux de patients réalisant la totalité des trois consultations

Un cas d’usage de la consultation vidéo qui s’avère extrêmement intéressant tant du point de vue de la santé des patients que des résultats financiers de l’établissement. Il s’agit bien souvent du prolongement de l’adoption déjà réalisée de la téléconsultation par les néphrologues eux-mêmes, notamment pour prendre en charge des patients dialysés en unités d’auto-dialyse ou à domicile.

*Source : https://www.em-consulte.com/article/1462911/realite-de-la-prise-en-charge-de-la-maladie-renale

Ce site utilise uniquement des cookies fonctionnels, strictement nécessaires au bon fonctionnement du site et ne peuvent être refusés. Aucun cookie d’audience / publicitaire. 

Politique de confidentialité