Bonne pratique numéro 11 : Protocoliser la prise en charge en téléconsultation pour harmoniser les pratiques au niveau du territoire

Image de couverture de: Bonne pratique numéro 11 : Protocoliser la prise en charge en téléconsultation pour harmoniser les pratiques au niveau du territoire

Lorsqu’un territoire s’organise pour coordonner la demande de soins non programmés, une des premières questions soulevées – après les enjeux techniques – concerne l’harmonisation des pratiques à l’échelle de la CPTS. Un médecin répondant à un patient qu’il ne connaît pas et qui habite potentiellement à plusieurs dizaines de kilomètres de son cabinet, doit pouvoir lui apporter une réponse pertinente et l’orienter dans le parcours de soins, en fonction des services médicaux accessibles à proximité.

En amont du déploiement de la régulation, il est donc crucial d’organiser des réunions de partage d’information entre les médecins impliqués pour qu’ils s’accordent sur leurs pratiques : conduite à tenir face à certaines situations, cas où la prescription à distance est possible ou non, limites de la réponse apportée à des patients inconnus, services à proximité, transmission des informations au médecin traitant, etc. À la suite de ces échanges, un protocole peut être rédigé et communiqué entre les différentes parties prenantes du projet.

Des points de partage réguliers peuvent ensuite être organisés, sur une base mensuelle ou bimensuelle selon le contexte et les disponibilités des praticiens. Ces points sont l’occasion pour les médecins de revenir sur des situations complexes, ou de confirmer les objectifs du dispositif de prise en charge et faire évoluer certaines réponses apportées.

Cette pratique est en cours d’élaboration dans le cadre du dispositif de régulation déployé en Guyane. Il s’étend en effet progressivement aux médecins du département. Tous ne sont pas confrontés aux mêmes pathologies et l’accès au plateau technique varie d’un endroit à l’autre. C’est pourquoi, un protocole est actuellement en préparation pour partager les bonnes pratiques à l’ensemble des acteurs du territoire.

“La protocolisation des téléconsultations non programmées au sein d’un territoire apporte un double bénéfice. Elle améliore la prise en charge des patients et assure le respect du parcours de soins. Ainsi, elle renforce l’efficience globale du système”

Dr Nicolas Camus

Médecin généraliste – Directeur médical de Medaviz